Patrimoine

Enric Badía Romero : disparition d’une légende ibérique…

Auteur espagnol de bande dessinée réaliste spécialisé dans les BD de genre, Enric (Enrique) Badía Romero — qui, la plupart du temps, signe simplement Badía, puis Romero —, né le 24 avril 1930 à Barcelone, est décédé le 15 février 2024 dans cette même ville. Il a aussi beaucoup travaillé pour les marchés britanniques et français, étant principalement connu dans nos contrées pour ses contributions aux séries « Modesty Blaise » et « Axa » ; ainsi que pour avoir mis en images une trentaine d’épisodes de « Rahan » dans Pif-Gadget entre 1976 et 1983, à une période où l’illustrateur d’origine (André Chéret) était en conflit avec les éditions Vaillant.

Lire la suite...
Meilleures ventes

Zoom sur les meilleures ventes de BD du 28 février 2024

« Astérix » T40 retrouve le « Top 20 GfK/Livres hebdo » tous genres confondus, à la 19e place. Le palmarès généraliste accueille toujours, par ailleurs, les mangas « Dragonball Super » T21 (4e) et « My Hero Academia » T38 (9e), tandis que « Missak, Mélinée et le groupe Manouchian» est la seule entrée du « Top 20 BD ».

Lire la suite...
L'Art de ...

« Bukowski, de liqueur et d’encre » : une poésie misanthrope qui a de la bouteille…

Qui fut au juste Charles Bukowski ? Le poète culte et provocateur du réalisme sale, un écrivain hors-normes, ou un ivrogne minable, être vagabond et torturé ? De fait, sa vie semble s’être écoulée d’un abyme suicidaire à l’autre, uniquement préservée par les femmes et la volonté d’écrire. L’auteur des « Contes de la folie ordinaire » (1972) nous a cependant laissé une œuvre unique, miroir à peine déformant d’une vie chaotique et alcoolique, pleine « de liqueur et d’encre ». Grâce à la biographie très éclairante des auteurs italiens Michele Bonton et Letizia Cadonici, trinquons de nouveau en « Mémoires d’un vieux dégueulasse »… à restituer dans le contexte du siècle dernier !

Lire la suite...
Patrimoine

Rémy Bourlès : élégance et finesse du trait ! (seconde partie)

Suite et fin du dossier consacré au Brestois Rémy Bourlès qui abandonna le dessin de mode, où il excellait, pour la bande dessinée. Dans un premier temps, uniquement pour survivre sous l’Occupation, ensuite par passion. Ceci malgré un rythme infernal de travail, souvent peu compatible avec le désir de bien faire. Injustement oublié, comme bien d’autres créateurs de sa génération, Rémy Bourlès méritait bien ce nouveau chapitre de notre rubrique « Patrimoine ». Pour consulter la première partie, cliquez ici : Rémy Bourlès : élégance et finesse du trait ! (première partie).

Lire la suite...
Meilleures ventes

Zoom sur les meilleures ventes de BD du 21 février 2024

C’est vraiment pas la joie ! Il n’y a plus, en dehors des mangas bulldozers « DragonBall Super » T21 (qui déboule directement à la 1re place) et « My Hero Academia » T38 (3e), d’autres représentants du 9e art dans le « Top 20 GfK/Livres hebdo » tous genres confondus ! Même plus « Astérix » T40 qui en sort pour la première fois depuis sa parution en octobre dernier. L’album de Fabcaro et Didier Conrad conserve toutefois la tête du « Top 20 BD », lequel n’accueille qu’une unique entrée : « Les Guerres d’Arran » T3.

Lire la suite...
L'Art de ...

« Missak, Mélinée et le groupe Manouchian » : aux grands hommes (et femmes), la patrie reconnaissante…

Demain, 21 février, Missak Manouchian (ainsi que son épouse, Mélinée), fera son entrée au Panthéon. Un symbole de la Résistante intérieure française, consacré au nom de tous ses camarades communistes, 80 ans jour pour jour après leur exécution : 22 hommes et une femme, presque tous étrangers et juifs, qui ont donné leur vie en combattant l’Allemagne nazie. Après l’incontournable « Madeleine, résistante », Jean-David Morvan retrouve la prestigieuse collection Aire libre pour sa première collaboration avec le dessinateur arménien Thomas Tcherkézian : un portrait tragique en 160 pages des martyrs de l’« Affiche rouge », devenus des éléments médiatiques de notre mémoire collective.

Lire la suite...
Comic Books

« Strangers » célèbre ses 20 ans !

Si on vous posait la question « Quelle est la BD française qui comprend plus de 60 albums, traduite aux États-Unis, et qui célèbre cette année ses 20 ans d’existence ? », il y a de fortes chances pour — qu’après avoir éliminé nos « Astérix » ou « Lucky Luke » —, vous déclariez forfait. La réponse n’est, en effet, pas évidente, car sortant totalement des sempiternels sentiers battus. Il s’agit de « Strangers » (créée par le scénariste Jean-Marc Lofficier), et gageons que de vous avoir donné cette réponse ne doit pas vous en dire beaucoup plus sur le sujet, vu la relative confidentialité de cette série… alors que le cinquième album de la saison 6 vient de sortir chez Hexagon Comics !

Lire la suite...
Patrimoine

Rémy Bourlès : élégance et finesse du trait ! (première partie)

C’est à l’âge de 35 ans que le Brestois Rémy Bourlès abandonne le dessin de mode, où il excelle, pour la bande dessinée. Dans un premier temps, uniquement pour survivre sous l’Occupation, ensuite par passion. Ceci malgré un rythme infernal de travail, souvent peu compatible avec le désir de bien faire. Injustement oublié, comme bien d’autres créateurs de sa génération, Rémy Bourlès méritait bien ce nouveau chapitre de notre rubrique « Patrimoine ».

Lire la suite...
Meilleures ventes

Zoom sur les meilleures ventes de BD du 14 février 2024

Février n’est jamais un mois très favorable en terme de ventes pour le 9e art et on ne retrouve plus que deux représentants du genre dans le « Top 20 GfK/Livres hebdo » tous genres confondus : « My Hero Academia » T38, qui s’empare de la 2e place et « Astérix » T40, 12e. Et même si quatre titres font leur entrée dans le « Top 20 BD », dont le récent Fauve d’or du festival d’Angoulême (« Monica » de Daniel Clowes), il convient de bien nuancer les contours de ces arrivées…

Lire la suite...
L'Art de ...

« Le Fauve de Corleone » : quand la mafia voit rouge…

Il aurait pu consacrer son existence à cultiver les champs de sa Sicile natale. Il devint le plus sanguinaire des parrains de Cosa nostra : jusqu’à diligenter les attentats de 1992 contre les juges anti-mafia Giovanni Falcone et Paolo Borsellino. Des actes de guerre qui précipitèrent sa chute… Jean-David Morvan narre, avec brio, le destin criminel de Toto Riina : terreur hors-normes d’une Italie prisonnière de ses propres valeurs morales.

Lire la suite...
Page 1 sur 10891 2 3 »